L'histoire du G.B.R.S.

Chronologie

1948|1954Premières plongées de J. Théodor et du Prof. G. Rijckaert, membres fondateur du GBRS.
12.01.1955Création du G.B.R.S. (Groupe Belge de Recherche scientifique Sous-marine).
L'association GBRS est officiellement créée, et ses statuts paraissent au Moniteur Belge le 30 avril 1955, datés du 20 avril 1955.
Le Président est Jacques Théodor, le Trésorier, Georges Rijckaert et les administrateurs sont: PG Liégeois, André Capart, Jean Cerf et Joseph Hoffman.
Premières explorations des siphons de la grotte de Han-sur-Lesse et premières plongées à Remouchamps.
1955|1958Poursuite des entraînements tant en piscine qu'en petits lacs (Mol), carrières et barrages (Robertville).
1958Stage de plongée scientifque à Banyuls-sur-Mer; participation de 32 chercheurs, étudiants et enseignants des universités de Bruxelles et de Louvain; récolte d'organismes au cours des plongées et observations au laboratoire; premières photos sous-marines documentaires.
1960Création de la section de Bruxelles, à l'instigation des membres de l'ULB et de l'Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique.
1965Création de la section de Leuven.
1972Déménagement de la section de Leuven à Louvain-La-Neuve (qui prendra plus tard le surnom "le Mérou").
1990Création de la section de la VUB (VUB Diving Center) par Stan Warlel et Arnaud Liboton.
1993Le GBRS devient membre de l'asbl APPEL, alors gestionnaire de la carrière de Scoufflény en Hainaut. Le GBRS prend en charge et réalise les analyses mensuelles des paramètres physico-chimiques.
1994Retrait du VUB Diving Center du GBRS.
1995Le GBRS entre dans le conseil d'administration de l'asbl APPEL.
1995Le GBRS fête ses 40 ans: un dîner rassemblant de nombreux anciens est organisé dans la somptueuse salle des baleines de l'Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique.
1997Suite à l'incendie de la piscine d'Etterbeek où elle s'entraînait, la section de Bruxelles déménage à la piscine le Neptune de Braine-l'Alleud.
2005Le GBRS fête ses 50 ans: un grand souper rassemblant anciens et jeunes est orgranisé. Un polo pour fêter les 50 ans est créé ainsi qu'une ... bière.
2009A la fin de l’année 2008, la piscine de Braine-l’Alleud décide de fermer ses portes et c’est à nouveau à Bruxelles, à Schaerbeek, à la piscine “Neptunium” que le GBRS rassemble ses troupes.
2011En septembre, le GBRS obtient du SPW (Service Public de Wallonie) l'autorisation d'occuper le domaine de "Pommeroeul" à "Condé", en vue d'organiser des plongées à but scientifique sur le canal de Condé.


Récit historique

L'Histoire "pré-GBRS"

   En août 1948, Jacques Théodor participe aux activités d'une équipe internationale de spéléologues qui comprend 2 anglais, 1 italien, 1 français et un belge. Cette équipe reçoit en prêt deux scaphandres, envoyés par Jacques-Yves Cousteau, Capitaine à l'époque. Ces scaphandres sont destinés à faire l'exploration de résurgences dans les environs des gorges de "Cacuetta" et dans le "Val de Saint Andruze".

   Ces plongées en scaphandre autonome se poursuivent en 1949, 50, 51 et 52. Pendant ces années, J. Théodor fait quelques plongées en siphons en Belgique, toujours en solitaire, il faut le préciser, ce qui était, de son propre aveu, un peu irresponsable.

   En 1953, il fait ses premières plongées en mer, à Saint Mandrier, où il connaît un officier, lieutenant des nageurs de combats. Il retrouve ensuite l'équipe de la "Pierre Saint Martin" où il préside à l'organisation des plongées de l'équipe Lyonnaise des jeunes plongeurs, dits des "Scouts Lyonnais". Ils y passent un siphon d'une trentaine de mètres.

   C'est au cours de cet automne 1953, que Jacques Théodor crée une école de plongée située à Gand avec le professeur Rijckaert, à la piscine Van Eycken. Cette école de plongée comportait une demi-douzaine de plongeurs de souche gantoise.

   Durant l'hivers 1953-54, l'école de plongée reçoit un apport de taille en la personne de Robert Stenuit. Robert Stenuit, spéléologue, s'intéressait de près à la plongée en vue de poursuivre ses explorations spéléologiques, mais également parce qu'il avait pour projet de réaliser des plongées archéologiques, nous connaissons la carrière extraordinaire qu'il a eu. Il avait contacté Haroun Tazzief qui l'avait orienté vers le club fondé par J.Théodor. C'est ainsi qu'il s'est joint à l'équipe des spéléologues, l'embryon de ce qui deviendra le GBRS.

   Durant l'été 1954, en compagnie de Robert Stenuit, Jacques Théodor fait ses premières plongées sur les galions de Vigo, ainsi que diverses plongées dans des siphons belges, notamment à Couvin et dans la région. Durant cet hiver 1954-55, Jacques Théodor a l'idée de former un groupe de plongée, avec pour but d'allier plongée et recherche scientifique, propos encore actuels du GBRS. Il s'adresse d'abord à H.Tazzief, qui, n'étant pas intéressé pas ce groupe de plongée, dirige J.Théodor vers André Capart, alors chercheur à l'Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, et déjà professeur d'océanographie à Louvain.

   G. Rijckaert et d'autres, que l'on retrouvera dans la liste des fondateurs, se sont rapidement joints au groupe.

L'Histoire du GBRS

   Ainsi, le 15 janvier 1955, l'ASBL GBRS est fondée par 3 scientifiques (Prof. A. Capart, Dr J. Cerf et Prof. Liégeois), un ingénieur (Ir J. Hoffman) et deux spéléologues (G. Ryckaert et Jacques Théodor).

   L'équipe s'est ainsi constituée et a fait de nombreuses plongées dans des lacs, carrières et autres barrages. Il y avait notamment un lac à Mol d'une douzaine de mètres de profondeur, qui constituait un bon lieu entraînement. A ses début, le groupe s'est également entraîné au barrage de Robertville.

   C'est en 1955, qu'ont débutées les premières explorations des siphons de la grotte de Han. Ces premières explorations ont été faites principalement par Jacques Théodor et Rijckaert, qui était un des premiers administrateurs du GBRS.

   Au départ de la salle d'arme, ils ont passé un petit siphon, qui les a amenés dans une salle de 6 à 8m de long, d'où part un siphon assez profond (exploré quelques années plus tard par J.-P. Bastin). Ces plongées n'étaient pas de tous repos et n'ont pas été sans un certain nombres de péripéties, tant liées au matériel de l'époque (blocage de détendeur, perte de fil d'ariane) qu'aux problèmes encore actuel de visibilité très mauvaise, voire nulle.

   A cette époque, Jacques Théodor réalise des plongées à la grotte de Remouchamps, à l'instigation du professeur Liégeois, qui s'intéresse beaucoup à cette région, puisqu'il était lui-même liégeois et professeur de géologie à l'Université de Liège. Ce ne fut pas un grand succès, la visibilité était abominable, et ils n'ont pas poursuivi leurs efforts.

   L'été 1955, à la suggestion du professeur Capart, quelques-uns des membres fondateurs (dont Théodor et Rijckaert) vont faire un stage à Banyuls-sur-Mer. Les conditions étaient très rudimentaires, ils logeaient sous la tente au bord de la mer, et gonfler les bouteilles n'était pas des plus communs, à cette époque.

   L'activité, dite scientifique du GBRS, jusque là relativement limitée, a cependant pris son sens en 1955, durant ce séjour à Banyuls. Les plongeurs ont ramassé des crustacés sur les fonds des environs du laboratoire, les spécimens collectés étaient destinés à un spécialiste carcinologue du Muséum à Paris. Cela a, en outre, permis d'établir de très bons contacts avec le Professeur Delamare, qui a beaucoup aidé le GBRS lors du stage de 1958. C'est lors de ce premier contact avec le laboratoire de Banyuls et avec le professeur Delamare, que l'idée d'un stage plus important est née.

   C'est ainsi qu'en 1958, le GBRS réalise le premier stage de plongée scientifique en mer, accessible à un grand nombre de personnes. Ce stage sera suivi par de nombreux autres, au cours des années suivantes. Ce stage de 1958, très important, comprenait pas mal de chercheurs, d'étudiants et même d'enseignants, parmi lesquels: Rasmont, Van Gansen, Capart, Duvigneaud, Tanghe, Martin, Van Craenenbroek, Jangoux, Steyaert, ...

   32 personnes étaient présentes, et beaucoup de matériel était disponible pour l'époque, ce qui permettait de faire plonger à peu près tout le monde chaque jour. Les récoltes étaient principalement effectuées en vue de l'enseignement, afin de montrer les organismes aux étudiants.

   Ce stage était très intéressant, d'autant plus que les étudiants avaient la possibilité de récolter eux-mêmes les organismes au cours de leurs plongées et des les examiner par la suite au laboratoire.

   C'est à cette époque que les premières photos sous-marines documentaires ont été réalisées, J.Théodor possédait un Leica, placé dans une enveloppe en matière plastique disponible à l'époque. Les boîtiers rigides n'étaient alors pas très courant. En 1956, J.Théodor achète le premier Rolley marin qui a lui a servi et a ensuite été offert au GBRS.

   En remarque, tous les exercices de la FEBRAS, qui sont à peu près les nôtres encore actuellement au GBRS, ont été élaborés durant l'été 1953-54. Tous ces tests ont été mis au point à la piscine Van Eycken et, par la suite, à la Perche, piscine que le GBRS a utilisée dès 1955. Ces exercices et tests ont été codifiés en 1956 et 1957, pour la force navale, et étaient destinés à l'entraînement des futurs nageurs de combats de cette époque. Ce sont ces tests-là que la FEBRAS a repris pour ses entraînements et ses tests et brevets, encore en vigueur jusqu'à récemment.  En 1957, au titre de Président du GBRS, et à titre personnel, les premiers moniteurs de la FEBRAS ont été formés par J. Théodor à la piscine de la place du jeu de balle à Bruxelles.

   Peu après, les étudiants en science des Universités de Bruxelles et de Louvain ainsi que les scientifiques de l'Institut Royal des Sciences Naturelles montrèrent un grand intérêt pour le GBRS et s'y inscrivirent. Ainsi émanèrent des centres GBRS des Universités de Bruxelles et de Leuven.  Après la scission de l'UCL, le centre "Le Mérou" déménagea à Louvain-la-Neuve.

   Les membres du GBRS prirent part à différentes expéditions scientifiques en temps que "Plongeurs Scientifiques", dont, entre autres, des recherches dans l'embouchure du fleuve Congo, des expéditions dans l'océan pacifique; et sur la grande barrière de corail en Australie.

  A l'ouverture de la piscine de la VUB, en 1990, un nouveau centre du GBRS , le VUB Diving Center (VDC), fut fondé par les Professeurs Stan Wartel et Arnauld Libotton.

Au cours de l'année 1994, un désaccord profond est apparu entre le VDC et le GBRS, amenant le VDC à se retirer du GBRS. Le GBRS se compose donc actuellement de deux centres: Bruxelles et Louvain-la-Neuve.

  En 1993, le GBRS s’inscrit à l’asbl APPEL qui gère la carrière de Scouffleny, l’une des plus grande carrière de Belgique. En 1995, le GBRS entre dans le conseil d’administration de l’asbl.

Dès le début, le GBRS, ayant toujours “sa vocation” scientifique prend en charge les mesures et relevés à effectuer chaque mois, ayant pour but un suivi scientifique de la carrière. Ces relevés physico-chimiques seront effectués, analysés et interprétés pendant plus de 4 ans par les membres du GBRS, jusqu’à la malheureuse fermeture de la carrière.

  En 1995, le GBRS fête dignement ses 40 ans, en réunissant près de 60 personnes pour un repas dans la salle des baleines de l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique.

  Déboire de piscine en 1997, car la piscine d’Etterbeek, qui abritait les entraînements du vendredi de la section de Bruxelles brûle, et c’est avec beaucoup de peine que le GBRS retrouve quelques temps plus tard, un lieu d’hébergement. C’est ainsi que le GBRS quitte pour quelques temps Bruxelles, pour trouver refuge à Braine-l’Alleud.

  En 2005, 50 ans de vie et d’activités du GBRS. Une soirée, quelques projections, la création d’un t-shirt et d’une bière, ... la ferme de Holleken à Linkebeek voit le GBRS faire la fête pour cette occasion.

  A la fin de l’année 2008, la commune de Braine-l’Alleud décide de fermer les portes de sa piscine laissant le GBRS à nouveau en soucis, et c’est le retour à Bruxelles, à Schaerbeek, plus précisement. La très belle piscine le “Neptunium” permet au GBRS de rassembler ses membres.

  Après des tractations menées conjointement par Thierry Dabée et Patrick Panneels, en septembre 2011, le GBRS obtient du SPW (Service Public de Wallonnie) l'autorisation d'occuper le domaine de "Pommeroeul" à "Condé", en vue d'organiser des plongées à caractères scientifique et pédagogique sur le canal de Condé. Depuis cette date, de nombreuses plongées sont effectuées sur ce tronçon de canal, et les membres du GBRS apprennent à réaliser des mesures, des prélèvements de vases, de faune et de flore, et des analyses physico-chimiques en relation avec une étude écologique du site.

Copyright © 2009 G.B.R.S. - Toute reproduction interdite